40 ans de party! LIVE MUSIC 7/7

La petite histoire du BLUES

                                                                               Le Blues est le temple parfait qui a                                                                                          donné à la guitare toute sa splendeur. Il                                                                                est difficile d’expliquer ou de décrire le                                                                                  Blues. Comme des bruits de sexe                                                                                            perceptibles à travers la paroi fine d’un                                                                                  motel, vous reconnaissez le Blues dès                                                                                    que vous l’entendez, même si vous ne                                                                                    pouvez pas décrire ce qui se passe                                                                                          exactement… lent et bien cochon ou                                                                                      rapide et endiablé, vous êtes sûr que ça                                                                                vous remue!

La force de l’art est qu’il ne peut ni entrer dans un moule ni être mécanisé, il doit passer de main en main, faute de quoi ce n’est plus de l’art. Il est à la fois infiniment vieux et infiniment nouveau, parce qu’il y aura toujours des jeunes artistes inspirés par ce qui a été fait avant eux, qui créeront quelque chose à partir de ce qu’ils auront absorbé. Le blues, c’est une question de feeling. C’est avant tout l’intensité de la performance et l’âme de ses musiciens. Le blues, ça vient des trippes et ça sort du cœur!

 

L’histoire du blues prend forme à la fin du 19e siècle au sud de chez l’Oncle Sam, dans le mythique Delta du Mississippi. Né de la misère des esclaves Noirs qui furent ensuite victimes de la ségrégation (fin de l’esclavage vers 1865), le blues apparaît d’abord dans les champs de coton et dans les plantations de tabac, exprimant alors les tristesses, malheurs et déboires de celui ou celle qui le chante…

Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music
Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music
Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music

Les «work-songs», des chants collectifs, brisent la routine;  une voix s’élève en chantant un vers et ses compagnons de labeur répondent en chœur, les rythmes de ces chants de travail aidant les ouvriers à synchroniser leurs mouvements.

 

 Plusieurs formes de blues apparaissent avec des instruments rudimentaires, comme le diddley bow (une corde fixée sur une planche) et le jug (cruchon en terre dans lequel on souffle). Puis le

blues évolue avec des instru-

ments simples, tels que le banjo,

la guitare acoustique, le piano et

l’harmonica. Les musiciens

s’accompagnent parfois d’un bout

de métal (le bottleneck) que l’on

fait glisser sur les cordes, ce que l’on

appellera par la suite la «slide Guitare».

Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music

Vers 1920,  débute une grande migration des noirs américains des États du sud vers le nord, chassés par la ségrégation et attirés par un espoir de travail mieux payé        dans l’une des grandes industries américaines du nord des États-Unis.

                                                                    Le chemin parcouru entre la Nouvelle-Orléans                                                                     et Chicago prend le nom de «la route du                                                                               blues», passant par Memphis et Saint Louis.                                                                         Malgré cela, nombre d’entre eux restent dans                                                                     le Delta du Mississippi et on commence à                                                                             différencier le blues dit « rural »                                                                                               (musique dure et intimiste dont les thèmes                                                                           récurrents sont l’alcool, la souffrance,                                                                                     les catastrophes naturelles qui ravageaient le                                                                       coton) et le blues dit « urbain », les chanteurs                                                                       étant accompagnés d’orchestres complets                                                                           (basse, piano, batterie, guitare, cuivre).

Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music

Également dans les années 20 et 30, l’industrie du disque voit le jour et avec elle les «race records» (musique raciale destinée seulement au public afro-américain), mais certaines grandes chanteuses de blues

arrivent tout de même à séduire le grand

public et connaissent une popularité

impressionnante, comme Gertrude

«Ma» Rainey, Bessie Smith, Ida Cox et

Victoria Spivey. Les maisons de disques

décident alors d’envoyer des éclaireurs

dans le sud, refaisant «la route du blues»

à l’envers afin de dénicher de nouveaux

talents. Le blues installe ses règles et

s’enrichit de rencontres.

Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music

Dans les années 40 et 50, le blues s’urbanise, tout en restant l’expression d’un peuple opprimé et en lutte. L’urbanisation et l’industrialisation amènent avec elles l’utilisation d’amplificateurs et le blues devient électrique. Des villes comme Chicago, Detroit et Kansas City se démarquent avec des musiciens tels Howlin’ Wolf, J.B. Lenoir, Willie Dixon, Jimmy Reed, B. B. King et Freddie King. Les musiciens Muddy Waters, Elmore James et Homesick James eux jouent de la guitare électrique avec un «slide». Sans oublier les harmonicistes Little Walter, Sonny Boy Williamson, Big Walter Horton et Snooky Pryor. À la fin des années 1950, le Swamp Blues se déve-loppe près de Bâton-Rouge avec des artistes comme Slim Harpo, Lazy Lester, Sam Myers et Jerry McCain. À Houston, Lightnin’Hopkins électrifie et modernise le Texas Blues, tout en lui conservant la finesse et la subtilité de ses origines fortement hispaniques. Le Jump Blues, hybride populaire du swing et du blues, est un autre développement du blues de cette période qui a influencé la musique populaire. Le musicien de ce genre qui a le plus influencé la musique populaire est Big Joe Turner,                                                                     qui a enregistré la version originale de «Shake,                                                                     Rattle, and Roll». Les Blues de l’après-guerre                                                                         constituent un kaléidoscope vivant et coloré                                                                         d’une étonnante richesse. La nouvelle âme                                                                           noire va rendre le Blues discret au détriment                                                                       de la soul, avec des artistes comme James                                                                             Brown, Otis Reding et Wilson Picket.

 

                                                                    Durant la décennie 60-70, le Blues sort de son                                                                     cadre ethnique. L’Europe, en particulier la                                                                             Grande Bretagne, ouvre les oreilles blanches                                                                       américaines. 

                                                                    Pendant les années 1980 et jusqu’à nos jours,                                                                     le blues continue d’évoluer à travers le travail                                                                       de Stevie Ray Vaughan, Robert Cray, Bonnie                                                                         Raitt,Taj Mahal, Ry Cooder, Albert Collins, Keb                                                                     ‘Mo’, Alvin Youngblood, Corey Harris, Jessie Mae Hemphill, R. L. Burnside, Junior Kimbrough, Kim Wilson, James Harman, Gary Clark Jr., John Mayer, Jack White, Seasick Steve et bien d’autres. Le style Texas Rock-Blues voit le jour et utilise les guitares solo et d’accompagnement en même temps. Ses artistes importants sont Stevie Ray Vaughan, The Fabulous Thunderbirds et The ZZ Top.

Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music
Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music
Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music
Bistro a Jojo Montreal Bar & Live Music

À la même époque, John Lee Hooker retrouve sa popularité, grâce à ses collaborations avec Carlos Santana, Miles Davis, Robert Cray et Bonnie Raitt. Eric Clapton redevient  également populaire dans les années 1990.

 

C’est durant cette époque que la plupart des «Blues Scenes» sont créées aux États-Unis, au Canada, et en Europe. Elles incluent des revues de Blues (par exemple : Living Blues et Blues Revue), des sociétés de blues, des festivals de blues et des clubs où est joué le blues.

À VOIR